Newsletter 9ème édition

Bienvenue sur cette 9ème édition de la newsletter. Aujourd’hui au programme : créer un projet en bonne et due forme, la reprise du blogging, et une introspection sur mes projets inachevés. Bonne rentrée à tout le monde !

# Quand on veut être dans les clous

La plupart des projets personnels que j’ai réalisés (ou même démarrés puis abandonnés) ne demandaient pas grand chose à part mon temps, peut-être un aller-retour chez Brico-Dépôt, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard !

Malheureusement, alors que je commence à être un poil plus ambitieux sur mes projets personnels, les ‘ennuis’ commencent aussi. Mes projets demandent plus de ressources, ou demandent des compétences très spécifiques, ou bien une collaboration. Rien de dramatique jusqu’ici, c’est juste que les choses se complexifient un peu plus à mesure que l’on avance.

Aujourd’hui je me renseigne sur le business en dropshipping. Si vous ne me connaissez pas, j’aime bien faire les choses proprement. J’aime les choses bien faites, dans les règles de l’art (si ces règles ont un sens), et être dans les clous. Ces clous me mènent aujourd’hui dans le monde fabuleux de la création d’entreprise, pavé de clauses légales, de régimes fiscaux et sociaux spécifiques, et joyeux calculs de fiscalisation !

Si jusqu’ici je m’en était très bien passé, c’est le moment de mettre les mains dans le cambouis et de comprendre pourquoi l’administration française tient sa réputation d’usine à gaz. Après seulement une heure sur le sujet, je repars avec plus de questions que de réponses. C’est bon, j’ai compris la réputation. Mais je vais pas me laisser abattre.

# Reprise d’activités

Il est l’heure de se remettre en selle. Finit le coup de mou, finit les séances de lecture-bronzette. Enfin non, rien ne m’empêchera de faire mes séances lecture-bronzette, après tout c’est aussi un moyen de formation !

J’ai commencé par dépoussiérer le matériel, j’ai ressorti mon bon vieux disque dur, et j’ai fait une sauvegarde et un bon nettoyage de tout le tintouin. Je suis toujours surpris de la prolifération des mises-à-jour sur absolument tous les logiciels et plateformes, c’est à croire que les développeurs changent la couleur de la peinture tous les deux jours ! (En réalité j’ai déjà mon expérience en développement, et j’étais beaucoup plus prolifique sur mes git push !)

J’ai refait un tour sur mes calendriers, sur mes plans de formations, et mes objectifs. Tout m’a l’air correct, alors je commence par cette newsletter pour me remettre en selle. C’est plus dur que je ne l’aurais cru !

# Chassez le naturel il revient au galop

On a tous des périodes qui passent dans notre vie, des changements de situations, des fins d’années, des retrouvailles. Et pendant ces changements de périodes, c’est souvent l’occasion de faire une rétrospective et de se replonger dans d’autres époques de notre vie. 

Vous ne voyez pas de quoi je parle ?

Je parle de ces vacances qui ont été l’occasion de retourner chez papa-maman, de redécouvrir sa petite chambre que l’on avait laisser en bordel… Puis pour peu que vous l’utilisiez de dépôt pour vos affaires entre deux déménagements, c’est souvent également le moment de redécouvrir toutes les conneries que vous avez en votre possession, et dont vous vous êtes très bien passé ces derniers mois.

Si je vous parle de ça, c’est parce que je traverse un de ces changement de période en ce moment, et que je redécouvre plein de trucs. Et alors que cette dernière année m’a fait évoluer, plutôt drastiquement, je retourne dans ma petite chambre avec un regard tout neuf. Je redécouvre certains livres que j’avais, et parfois que je n’ai jamais lu, et je suis surpris d’avoir eu aussi bon goût à l’époque en les achetant.

C’est vrai, il y a certains livres que j’ai achetés il y a des années, que je n’ai jamais lu entièrement, et sur lesquels pourtant je suis revenu plusieurs fois sans succès. Tout ce que cela me montre, c’est que je suis définitivement intéressé par ces bouquins, mais qu’il me manque quelque chose pour aller jusqu’au bout (du temps, un cadre, une raison, un projet). 

Et en réalité, je remarque que cela fonctionne aussi pour certains projets que je ne finis jamais mais sur lesquels je suis retourné plusieurs fois au fil des années. Y a-t-il des choses que vous n’avez jamais réussi à achever mais sur lesquelles vous retournez de temps à autre au fil des ans ?

Et bien croyez-moi sur ce coup là, vous avez tout à gagner à leur donner de l’importance. Ces choses sur lesquelles ont revient naturellement sont des choses importantes pour nous d’une façon ou d’une autre. Leur donner votre attention, votre temps et votre énergie ne devrait pas vous faire peur, après tout vous y retournerez de toute façon donc ça ne pourra pas être de l’énergie perdue !

Moi je vais commencez par ce bouquin que j’ai jamais fini. J’espère juste arriver jusqu’au bout cette fois, je commence à connaître le début par cœur…

# L’astrophysique pour les passionnés du dimanche

J’ai toujours été un grand fan du spatial, ça me fait rêver tout simplement. Enfin surtout la fiction autour du spatial, mais bon faut avouer que SpaceX et autres new age techs ont vraiment redoré le secteur, peu importe ce que la foule peut en dire. 

J’ai revu Interstellar récemment, et c’était encore l’occasion de me rendre compte du dégoût populaire pour le spatial, avec pour argument principal « ça sert à rien, et ça coûte des milliards, utilisez nos sous ailleurs ». Et aussi de la méconnaissance pour une grande majorité de ce qui se passe au-delà de notre atmosphère. Rendez-vous compte, c’est littéralement comme si vous ne regardiez pas au-delà de votre nombril ! 

Si vous n’y connaissez pas grand chose, et que vous êtes prêt à enrichir un peu votre culture sur l’Univers (et je ne parle pas de spiritualité), lancez vous dans les Trous noirs, de Jean-Pierre Luminet (un français bien de chez nous !). Il y a des détails scientifiques un peu brutaux par endroits mais vous n’êtes pas forcés de tout comprendre. Au contraire, je trouve que savoir qu’il existe des choses complexes comme ça me fait du bien, ça donne de quoi s’occuper ! C’est à votre porté, ne vous en faites pas, la première fois que je l’ai lu et que je n’ai pas tout compris j’avais 15 ans.