La gamification

J’ai découvert cette semaine une vidéo TEDx sur la gamification, par un entrepreneur français Hanine Am. Ce dernier est connu notamment pour s’être lancé un défi de 365 jours. Une année où chaque jour il doit faire quelque chose de nouveau. 

Pour comprendre ce que ça lui a apporté, laissez-le vous présenter pourquoi il s’est lancé ce défi de sa propre voix

Pourquoi faire de choses nouvelles ?

Dans la branche du développement personnel, l’objectif est de se créer une vie sur mesure, qui soit en équilibre et nous permette d’avancer au plus haut-niveau. La base de la discipline consiste alors à se créer … de la discipline. On utilise une solide introspection pour savoir qui l’on est, où l’on en est, et on décide de la voie que l’on veux suivre. Ensuite il s’agit de mettre en place petit à petit toutes les pièces du puzzle de façon continue, pour se rapprocher de plus en plus de notre vie ‘sur-mesure’, c’est un processus sans fin. 

Du coup on voit surtout à ce sujet des conseils pour créer des habitudes, des routines (matinales en particulier), tout simplement parce que d’un point de vue neurologique c’est la voie d’or vers une efficacité redoutable. Mais ici Hanine cherche volontairement à sortir de la routine, à casser ses schémas une fois par jour, pour faire quelque chose d’entièrement nouveau, pourquoi ?

Pour moi il y a deux raisons. 

La première est la plus évidente et je pense que tout le monde consentira à cette impression : on ne sait pas tout sur tout, il vaut mieux essayer pour savoir si l’on aime que se contenter de préjugés. Le fait de faire des choses nouvelles nous apporte plus de savoirs pratiques, plutôt qu’une simple connaissance. Cela ouvre notre champs d’expériences, et permet d’affiner nos choix, notamment pour savoir ce qui est sur-mesure pour nous.

La deuxième raison, qui paraît soit évidente, soit complètement aberrante : faire des choses complètement nouvelles nous permet de nous dépasser à tous les niveaux. Cette idée est basée sur la zone de confort. 

Il y a une zone pour chacun de nous, qui contient toutes les choses que nous pouvons faire facilement, où nous nous sentons en sécurité. Puis il y a en dehors de cette zone toutes les autres activités qui portent un risque. Un risque d’échec, un risque d’humiliation, un risque de rejet, on ressent simplement de la peur face à ces activités. Une peur qui peut être plus ou moins grande selon que l’on se place près ou loin de la zone de confort. 

Le plus intéressant avec cette idée de zone de confort est qu’elle s’agrandit avec l’expérience. En pratiquant les activités à l’extérieur de la zone vous pouvez les faire progressivement rentrer dans votre zone de confort (ou plutôt agrandir votre zone de confort dans leurs directions), de façon quasi-définitive. On peut voir cela comme de l’apprentissage d’une compétence. On la découvre, la pratique, on l’apprend et on la maîtrise. 

Mais cela va même un peu plus loin. La zone de confort ne s’étend pas juste activité par activité, mais par cercle. Si bien que lorsque vous pratiquez des activités en dehors de votre zone de confort, vous gagnez non seulement des facilités pour cette activité, mais vous gagnez aussi des facilités pour d’autres pas du tout reliées. C’est un effet boule de neige.

Et le plus beau dans ces sorties de la zone de confort, c’est que sortir de sa zone de confort est une activité en soi, qui peut être petit à petit rapprochée de notre zone de confort. Aujourd’hui cela va vous demander un gros effort pour vous lancer un défi, mais après les 365 jours, Hanine se lance des défis quotidien de façon tout à fait naturelle et ludique. Voilà pourquoi il réalise ce défi sur aussi longtemps.

Ce qu’il en a tiré

Dans son discours TEDx Hanine nous explique que l’année 2016 où il s’est lancé ce défi, il a pu apprendre et se dépasser beaucoup plus que par la lecture et les séminaires de développement personnel. La raison à cela n’est pas que ces livres et séminaires étaient sans intérêt, bien au contraire, mais qu’il y avait constamment une force invisible qui l’empêchait de véritablement progresser. Cette force qui l’empêchait d’avancer, il a pu lutter contre elle pendant ces 365 jours. Il s’est rendu compte, ou plutôt il a transformé le développement personnel d’une contrainte, d’un effort, en quelque chose de ludique, de simple et d’épanouissant. 

On revient alors à cette idée qu’en pratiquant la sortie de la zone de confort, on devient plus à l’aise à se dépasser, à passer à l’action, dans tous les domaines. C’est quelque chose que j’expérimente moi-même de plus en plus.

Mais si la pratique rend les choses plus rapides, plus épanouissantes, les sauts plus grands (notez que je n’ai pas dit plus faciles), il faut bien démarrer quelque part, par un effort. Et là on se mord la queue…

Heureusement Hanine propose une solution pour lutter contre cette force invisible : la gamification. Transformer son expérience, son activité, en un jeu permet de créer de la motivation, de l’énergie et du mouvement initial, et également de le perpétuer sur le long terme. Ce n’est pas Hanine l’inventeur du concept, c’est quelque chose que l’on retrouve facilement dans d’autres contextes, notamment l’enseignement. Duolingo est un exemple d’application d’apprentissage de langues très connue pour sa gamification qui vous fait revenir et revenir pour apprendre toujours plus. 

Voilà alors ce que l’on peut en conclure : sortir de sa zone de confort est essentiel pour se dépasser et rentrer dans une vraie zone d’apprentissage (une zone « challengeante » pour reprendre les termes du développement personnel), plus on le fait plus on devient épanoui et à l’aise à le faire pour sortir de plus en plus loin. Enfin pour pouvoir démarrer son train, et continuer sur la longueur, la gamification est l’outil le plus efficace.

Vous avez dit Gamification ?

La gamification comme je l’ai dit peut se trouver dans beaucoup d’endroits, notamment dans l’enseignement, et il repose sur plusieurs principes tirés des jeux (vidéos ou non), d’où son nom.

Pour reprendre la présentation de Hanine, les principes majeurs de la gamification sont les suivants :

  • la progression : mesurer sa progression à tout instant et voir ce que l’on a accompli
  • les récompenses : célébrer ses victoires pour renforcer la motivation
  • la curiosité : découvrir des choses nouvelles, avoir du suspens
  • la variété et le changement : de l’aléatoire, pour prendre du recul sur les évènements positifs et négatifs
  • l’engagement social : parce que nous avons besoin des autres, et parce cet engagement nous maintient sur la route
  • la peur : créer un enjeu pour que le jeu garde son intérêt

Il peut être assez difficile de construire un système qui utilise tous ces principes, mais plus ils sont représentés plus le système en question maintiendra un grand niveau de motivation.

Vous pouvez alors vous demander sur quel projet ou dans quel cadre vous manquez souvent de motivation. Qu’est-ce qui vous motive, et qu’est-ce qui vous demande de l’effort ? 

Vous pourrez essayer de mettre en place certains de ces principes pour engager votre motivation. L’exemple le plus simple est lors de révisions de s’offrir un petit chocolat pour chaque chapitre révisé. 

Aujourd’hui je m’attarde sur celui de la variété et du changement : je créer une liste d’activités et lorsque je suis sur un créneau dédié je tire une activité au hasard. Cela m’évite de passer la journée à me dire « oh non, cette après-midi je vais devoir faire ça, j’ai pas envie » ce qui me laisse beaucoup de temps pour trouver tout un tas d’excuses. Mettre ce processus aléatoire, avec des possibilités variées en effort et en motivation me permet de ne pas focaliser dessus avant le moment venu, et d’avancer sur plusieurs fronts.

Pour aller plus loin

Je vous conseille bien sûr d’essayer de gamifier vos activités, c’est le meilleur moyen de trouver quelque chose qui vous convient spécifiquement, mais cela prends du temps. 

Si vous voulez en savoir un peu plus sur la gamification j’ai découvert qu’il existait un site dédié (http://www.lagamification.com), décidément on trouve de tout chez Google.

Hanine Am a tiré de son expérience une idée de jeu pour sortir régulièrement de sa zone de confort, GoodbyeConfortZone. Ce jeu payant permet de créer en profondeur un environnement ludique proche de vous et de vos objectifs pour vous permettre de vous dépasser régulièrement et par étapes dans tous les aspects de votre vie. Je ne l’ai jamais essayé, je ne connais d’ailleurs personne qui l’aurait essayé. Mais si l’expérience vous tente, faites vous plaisir, je sais ce que sortir de sa zone de confort peut apporter et c’est, comme il dit, une expérience exceptionnelle. 

N’hésitez pas à partager vos idées de gamification dans vos projets en commentaire, je les lis avec attention !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.