Choisir ses objectifs pour un projet qui fonctionne

Les projets représentent la majorité de nos activités, professionnelles et personnelles, et pourtant peu s’intéressent à connaître la meilleure façon de réaliser un projet avec succès. Il y a comme pour tous les domaines des méthodes et des principes qui permettent de très largement faciliter la réussite d’un projet. L’un de ces principes repose sur les objectifs. Évident vous me direz. Mais je suis certain que vous n’avez qu’une vision très restreinte de ce que peut être un objectif. 

C’est le moment d’enlever les œillère et de passer au niveau supérieur dans vos projets !

Temps de lecture : 10 minutes, article théorique

La base d’un projet

Avant de parler de projet qui fonctionne, si on en revenait simplement à savoir ce qui est où non un projet bien construit.

La plupart du temps nous faisons l’amalgame entre une idée et un projet. Un projet se base évidemment sur une idée, mais il va tout de même plus loin qu’une simple idée que vous avez sous la douche. Un projet est la transformation d’une idée dans le monde réel, une matérialisation d’une idée.

Pour faire cette différence, le projet a une structure. Pour rester le plus générique possible, un projet part d’une idée et y associe des objectifs. Ces objectifs sont les buts du projet, ceux qui permettent de dire si le projet a du sens, et d’en donner la direction.

Enfin puisqu’on parle de matérialisation d’une idée, il faut nécessairement des ressources pour la rendre tangible. Ces ressources peuvent être économiques (incluant tous les biens matériels), temporelles, en pensées ou en énergie des personnes incluses dans le projet. 

Chaque projet dispose de ressources limitées, et le principe d’un projet qui fonctionne est simplement de réaliser les objectifs définis en organisant les ressources limitées au mieux.

On voit ici qu’on a introduit une définition du succès, qui peut parfaitement être discuté et modifiée, mais ce n’est pas l’objectif de cet article. L’objectif de cet article est de vous aider à construire un projet qui va vous emmener le plus loin possible dans les bonnes directions.

Finalement une fois que l’on a réuni ces ingrédients principaux, l’essentiel du projet se décline en un plan et une exécution. Ceux-ci sont bien sûr en interaction et sujets à modifications en cours de route.

La méconception sur les objectifs

Disclaimer : si je réalise un article sur les ‘bons’ objectifs et les projets qui ‘fonctionnent’, vous vous attendez certainement à une légitimité de ma part sur le sujet. Cependant pour une grande partie de ce que je vais vous présenter, je ne l’ai pas inventé. Ma plus grande source pour ce sujet est une formation de David Laroche. Cette vision des objectifs qui va suivre peut vous aider à rendre vos projets plus pertinents pour vous, mais cela ne veux pas dire que c’est l’unique vérité à suivre.

À partir d’une idée, le créateur du projet va décider de la matérialiser par un projet, et pour cela il va devoir définir ce qu’il veut faire. C’est ce que communément on appelle des objectifs. Un objectif va nous dire ce que l’on veut faire, avec un cadre plus ou moins stricte. On peut par exemple répondre aux questions CQQCOQP : 

  • Comment
  • Quoi
  • Quand
  • Combien
  • Avec Qui
  • Pour quoi, pour quel résultat

Plus on précise notre objectif en termes de temps, de ressources, de résultats et avec des mesures pour vérifier son avancement, plus il sera pertinent pour nous guider. Le problème vient alors de savoir vers quoi il nous guide.

A quoi doit servir un objectif ?

La façon simple de voir un objectif est de le voir comme des rails qui nous mènent dans la bonne direction, mais qui en même temps sont stricts et contraignent nos mouvements. Avec les rails vous êtes sûrs d’avancer dans la bonne direction (à supposer que cet objectif va bien dans la bonne direction), mais il va aussi vous donner du mal pour avancer.

Une autre façon de voir un objectif, et que je trouve plus pertinente, est que l’objectif est la traduction de ce qui est important pour vous, dans ce projet. Son premier but n’est pas de mesurer votre avancement ou de donner une direction, mais de vous donner de l’énergie pour avancer dans votre projet. Pour cela on change complètement la façon dont on définit les objectifs, mais on garde toujours la même structure (Temps, espace, actions).

La première différence est que l’objectif qui donne de l’énergie vient de l’intérieur, il vient de ce qui nous inspire, et va favoriser l’action, tandis qu’un objectif de mesure va parfois vous démotiver quand bien même il vous emmène vers la réalisation du projet. Et la différence entre un objectif qui nous donne de l’énergie, et un objectif qui nous encadre tient simplement à la formulation, et au travail qu’il y a derrière. Cette différence peut venir de l’échéance temporelle : peut-être que votre échéance est trop courte ou que vous ne voulez pas poursuivre cet objectif maintenant mais qu’il sera parfait plus tard, et donc pour le moment il ne vous donne pas d’énergie, il ne vous convient pas. Elle peut venir d’un simple mot dans la formulation qui n’est pas le plus adapté pour vous motiver.

La seconde différence est, comme je l’ai précisé, que le but de l’objectif est différent (l’objectif de l’objectif, promis on n’est pas dans Inception). L’un va nous servir à mesurer notre avancement, l’autre va nous servir à nous mettre en mouvement. La philosophie est en fait différente. Pour un objectif qui encadre, la philosophie est que l’idée et les objectifs sont les plus importants, sont la vérité, et que nous devons nous efforcer de les poursuivre à tout moment, quand bien même nous perdons de vue ce pourquoi nous les avons défini. Pour un objectif qui motive, la philosophie est que ce qui compte pour nous à chaque instant est le plus important et porte la vérité, si bien que si nos priorités changent, nos objectifs doivent être redéfinis. 

Il y a bien évidemment des avantages et inconvénients aux deux philosophies, mais je vais vous expliquer pourquoi aujourd’hui je privilégie la seconde, des objectifs qui donnent de l’énergie.

Start with Why, pourquoi les entreprises réussissent

Beaucoup de personnes ont tenté de comprendre l’ingrédient secret du succès de certaines entreprises. Il y a énormément de livres et d’articles et d’avis opposés à ce sujet. Néanmoins, il y certaines choses sur lesquelles toutes ces sources se croisent : les entreprises qui réussissent sont claires sur ce qu’elles veulent accomplir, et sont connectées à quelque chose qui les inspire.

Ce point commun est mieux décrit par Simon Sinek, que je vous invite à écouter ici. Il est également auteur de plusieurs livres sur le sujet, dont Start with why, qui discute justement de ce principe-là. 

Ce que Simon Sinek nous apporte, c’est le point commun des entreprises qui réussissent, qui est en fait la façon dont elles fonctionnent. Les entreprises, ou même les équipes ou personnes, qui réussissent sont connectées à une raison d’être, une mission, quelque chose d’intemporel et qui les guide dans toutes leurs actions. C’est ce qu’il appelle un pourquoi, puisque c’est simplement la réponse à la question pourquoi.

Alors, si l’on revient à la philosophie des objectifs motivants, le principe d’un objectif motivant est simplement un objectif qui découle de la question pourquoi. C’est la raison pour laquelle ces objectifs me paraissent plus pertinents, simplement parce qu’ils sont directement en lien avec la raison d’être du projet. Et si cette raison d’être vient à changer, car nous en tant que créateur avons changé, alors ces objectifs vont également changer pour correspondre à ce qui est important pour nous. Et c’est quand même l’essentiel dans un projet de faire quelque chose qui a une raison d’être, vous ne croyez pas ?

Définir les bons objectifs

On parle de bon objectif pour un objectif qui va 1) vous donner de l’énergie, 2) vous approcher de ce qui est important pour vous et 3) va effectivement vous faire avancer et pas simplement bouger 

Spécifier

Pour avoir un objectif qui soit efficace pour vous faire avancer, il est important de le spécifier au maximum. En répondant aux questions CQQCOQP vous rapprochez votre objectif de votre situation et vous vous permettez de visualiser son action, et de limiter votre concentration sur un point précis. Plus vous laisser la marge pour de la flexibilité, plus vous laissez l’opportunité à votre esprit de remplir la place et d’aller chercher dans des endroits non essentiels. 

Alors effectivement, dans ces moments là, vous vous efforcez à rester sur une voie en particulier, mais cela ne veux pas dire que l’objectif ne vous donne pas d’énergie. Au contraire, c’est justement à ce moment-là que relire votre objectif vous permet de vous recentrer sur ce qui est important pour vous et de vous remettre en selle. Car si l’objectif vous inspire réellement, vous acceptez les avantages et les inconvénients et êtes prêt à investir vos ressources dans sa réalisation.

Écologie des valeurs du moment

Pour qu’un objectif vous rapproche de ce qui est important pour vous, il doit évidemment être relié à ce qui est important pour vous. Il n’y a pas de magie, si c’est vous qui définissez l’objectif, c’est à vous de savoir ce qui est important pour vous, ce qui est loin d’être facile. 

En revanche, il existe pas mal d’outils qui permettent de découvrir ce qui est important pour nous, le tout étant un muscle que l’on développe en travaillant. Plus l’on précise ce qui est important pour nous, plus l’on devient bon à le faire. 

Un de ces outils est par exemple la définition des valeurs. Pour cela il existe plein de façons de définir ce qu’est une valeur et comment trouver les siennes, mais ne cherchons pas à rentrer dans la spiritualité. Je vous conseille simplement de prendre conscience de ce que vous faites dans votre vie le plus souvent, pour lesquelles vous dépensez le plus d’argent, comment vous organisez votre espace, et vous devriez déjà avoir quelques points communs qui vous donnent des valeurs importantes pour vous. 

Exemple : créer des projets personnels est une grande valeur pour moi, c’est pourquoi je continue même après plusieurs mois à travailler sur ce site, contrairement à la version précédente que j’avais créée. J’organise mon espace personnel autour de ça, en particulier mon bureau. Et mes finances personnelles sentent bien l’importance de ces projets personnels pour moi.

Pour en revenir à l’objectif, plus il sera orienté sur une écologie de vos valeurs, plus il vous apportera en énergie et vous rapprochera de ce qui est important pour vous. Par écologie des valeurs j’entends qu’il se concentre sur les valeurs les plus importantes et mette de côté toutes les valeurs qui ne sont pas importantes pour vous. Ainsi, créer un business autour de ce site n’est pas en accord avec mes valeurs les plus hautes par rapport au simple fait de réaliser des projets personnels, d’apprendre et de partager et donc ce n’est pas un de mes objectifs.

Équilibrer la conception, prendre en compte les inconvénients

Enfin pour qu’un objectif vous accompagne effectivement sur la durée et vous donne de l’énergie lorsque vous en avez besoin, il est nécessaire qu’il prenne en compte dès le départ tous les inconvénients du projet. Si lorsque vous définissez votre projet vous prenez compte les avantages aussi bien que les inconvénients, et que vous êtes toujours motivés, alors les objectifs définis vont pouvoir vous redonner de l’énergie même en face d’une situation peu agréable.

Comment utiliser les objectifs motivants dans un projet

Bien maintenant que l’on a vu une nouvelle façon de définir et de penser aux objectifs, voyons comment utiliser des objectifs créés pour nous donner de l’énergie.

  1. Transformer les objectifs en actions (1 an, 6 mois, 3 mois, 1 mois, 1 semaine, 1 journée)

En introduction nous avons vu quel était le rôle des objectifs dans un projet : passer d’une idée à l’action concrète, une matérialisation. Ici les objectifs énergisants sont quelquefois moins pragmatiques que des objectifs présents pour mesurer l’avancement. Et le plus gros désavantage est qu’il est alors plus dur de partir des objectifs et de construire un plan d’action qui nous y mène. Avec l’objectif on a de l’énergie, mais on ne sait pas sur quoi la canaliser. 

Pour résoudre ce problème, le plus simple est de partir du long terme (l’objectif) et de déconstruire le temps du projet jusqu’à la plus petite brique. Par exemple pour un objectif avec une échéance dans un an, on va alors déconstruire ça en objectifs à six mois, puis à un mois, puis à une semaine, puis éventuellement à la journée. Et plus l’on descend dans l’échelle de temps, plus les objectifs doivent devenir réalistes, pragmatiques, les pieds sur Terre.

« On sous-estime souvent ce que l’on peut faire à long terme, mais l’on surestime souvent ce que l’on peut accomplir à court terme. » – David Laroche

Donc, en partant d’un objectif à long terme qui fait rêvé, et qui parait potentiellement très challengeant, on descend vers des objectifs hebdomadaires très réalistes, mais qui sont tout de même challengeant. Et lorsque l’on avance il est alors important de refaire ce travail, toutes les semaines pour les objectifs à la semaine, tous les mois pour les objectifs mensuels, etc.

2. Flexibilité, garder l’énergie 

La philosophie de ces nouveaux objectifs se base sur ce qui est important pour nous. Le problème est que 1) nous ne savons pas forcément ce qui est véritablement important pour nous, 2) ce qui est important pour nous est amené à changer. Pour ce dernier, on peut y voir une limite énorme à cette philosophie qui est que nous ne pourrons pas poursuivre de projet très ambitieux et à long terme, car nous aurons changé de valeurs et d’objectifs en cours de route, et donc on ne terminera pas le projet démarré. Ce qui peut nous donner envie de ne pas le démarrer tout court.

Mais c’est la mauvaise façon d’aborder le problème. Le principe de cette philosophie est de poursuivre ce qui est important pour vous en ce moment même. C’est un peu un Carpe Diem. Et généralement lorsque l’on dit Carpe Diem on ne se dit pas « bon je vais mourir de toute façon autant rester dans le canapé et ne rien faire ». 

Et bien c’est le même principe ici, vous poursuivez un projet qui est important maintenant, et si en cours de route vous changez de valeurs, vous pourrez changer de voie à ce moment-là. L’énergie dépensée dans le projet n’est pas perdue, bien au contraire, car c’est en poursuivant ce qui est important pour vous que vous raffinez vos valeurs, montez en compétences et que vous avancez vers d’autres projets. Car soyons clair, continuer à apprendre est le meilleur investissement à faire sur vous-même, peu importe votre âge.

L’essentiel est donc de garder un esprit lean, agile, de poursuivre les objectifs actuels jusqu’à ce qu’ils ne paraissent plus pertinents et alors les modifier.

3. Gérer sa motivation, en représentation visuelle

Enfin un dernier moyen un peu plus pratique pour utiliser effectivement ces objectifs qui donnent de l’énergie est la représentation. Puisque l’objectif en question vous donne de l’énergie et vous fait passer à l’action, vous avez toutes les bonnes raisons de lui donner de la place dans votre vie. 

Cela inclut vos pensées, en vous rappelant cet objectif et en le visualisant régulièrement. Cela inclut également votre espace personnel, par exemple en plaçant des symboles qui le représentent autour de vous, ou simplement en l’écrivant sur une feuille et en l’affichant pour vous où vous travaillez votre projet. 

De cette façon cet objectif va vous faire passer à l’action continuellement et de surcroît va vous permettre de rester concentré dans la bonne direction, celle des choses importantes pour vous.

Le mot de la faim

Nous avons vu dans cet article une nouvelle approche à la définition des objectifs, non pas pour mesurer notre avancement dans un projet, mais comme une clarification de ce qui est important pour nous, pour nous donner de l’énergie. Cette philosophie n’est pas plus importante ou vraie qu’une autre, elle apporte simplement un état d’esprit différent qui pourra mieux convenir à certaines personnes dont vous faites peut-être parti. Laquelle de ces philosophies est la plus pertinente pour vous ?

Je reviendrais sur cette philosophie dans un prochain article très prochainement, dans un exercice qui va vous permettre justement de découvrir ces objectifs qui vous donnent de l’énergie à long terme. Si vous avez lu la newsletter, vous avez déjà fait le lien avec un autre sujet discuté sur le site, continuez à la suivre vous en saurez plus par la suite ;). 

Stay hungry. Stay foolish.

Steve Jobs

Comment tirer un maximum de ses lectures sur le développement personnel

Avez-vous lu récemment des méthodes ou techniques de développement personnel/professionnel ? Les avez-vous utilisées jusqu’ici ? Si la réponse est non, alors votre lecture n’a sûrement servi à rien. Vous avez perdu votre temps. Voilà 3 principes simples qui vous permettrons de valoriser vos lectures et votre temps !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.